LA ZÉNITUDE AU VOLANT DE LA DS 3 CROSSBACK E-TENSE

Malgré le fait qu’elle ne soit plus produite depuis près d’un demi-siècle, nous connaissons tous la DS 19… même si nous n’étions pas encore nés en 1975. Elle conserve toutefois son statut de star et les amoureux du modèle de l’époque devront débourser au moins de cinquante mille euros s’ils parviennent à en dégoter une en bon état. Historiquement sous le label Citroën, la DS est aujourd’hui une marque à part entière et nous propose entre autres la DS 3 Crossback E-Tense que Campus vous présente ici. Mais, pour faire son grand retour, DS s’est offert le titre de Champion du Monde en 2019 et 2020… en remportant le Championnat de Formule E FIA devant des marques telles que Audi, BMW,  Jaguar, Porsche. Cette performance lui confère une fameuse notoriété tant dans le domaine des véhicules électriques que dans celui du savoir-faire automobile.

CROSSBACK, DRÔLE DE NOM POUR UNE VOITURE 100% FRANÇAISE. Bien sûr, DS ne se vend pas qu’en France et les équipes marketing de la marque ont certainement eu de très bonnes raisons pour donner à la DS 3 ainsi qu’à la DS 7, le surnom de Crossback. Mais aujourd’hui, ce n’est pas le nom qui nous intéresse, mais la voiture elle même. Si cette DS 3 Crossback fonctionne bien à l’électricité sous le nom de E-Tense, ceux qui ne seraient pas encore prêts pour rouler en 100% électrique pourront toujours se diriger vers les versions traditionnelles essence ou Diesel. Au niveau puissance, DS a toutefois positionné sa e-Tense dans le peloton de tête avec 136 chevaux sous le capot. Les PureTech essence 100 et 130 font respectivement 101 et 133 chevaux et les BlueHDi Diesel 102 et 131 chevaux. Il n’y a que la PureTech 155 qui, comme son nom l’indique, monte à 155 chevaux.

L’ACCUEIL À BORD. Lorsqu’on s’approche de la DS3 e-Tense avec la clé en poche, la voiture se déverrouille automatiquement et les poignées sortent des portières pour une prise immédiate. Ça flatte un peu son égo: on a l’impression que la voiture nous a reconnu et nous souhaite la bienvenue. C’est un bon début. Dans l’habitacle, on est immédiatement pris par le grand confort et l’originalité de la présentation de toute la planche de bord. Au niveau pratique, tout est parfait et ce sera surtout le design que l’on ne retrouve que chez DS. Un certain nombre de commandes sont reprises au centre du tableau de bord dans des cases en forme de losanges. Pour le fonctionnement des fenêtres, on est ici aussi très loin des petits boutons ronds ou carrés auxquels nous sommes habitués: ce sont des formes originales et pratiques que l’on trouve sur la colonne centrale, de part et d’autre du levier de vitesses.
L’espace avant ne manque pas pour les passagers avant. Pour l’arrière, il sera préférable de ne pas être de trop grande taille. Alors que notre DS 3 Crossback e-Tense, fait quand même 4,12 mètres de long, le coffre ne présente qu’un volume de 350 litres. Bien sûr, pour des voyages à deux, les dossiers de la banquette arrière peuvent être rabattus et le volume passe alors à 1.050 litres… ce qui permet d’emmener beaucoup de choses en vacances.

PLUSIEURS MODES DE CONDUITE SONT POSSIBLES. Je pense que le mode « Normal » sera celui qui sera utilisé par le plus grand nombre. Lorsqu’on ne souhaite pas absolument utiliser tous les chevaux et rouler de manière carrément sportive, ce mode apporte beaucoup de plaisir et permet de bons démarrages et de très bonnes reprises. En mode « Sport », le véhicule se montrera plus réactif, mais cela aura une influence directe sur l’autonomie. Le mode « Eco », lui, n’est recommandé que pour la conduite en ville et là, bien sûr, on gagnera des kilomètres sur un même plein. Selon les normes WLTP (Worldwide Light vehicles Test Procedures), l’autonomie devrait être de 320 kilomètres. Rien d’exceptionnel mais dans la bonne moyenne, même si l’autonomie réelle pourra être légèrement inférieure.
Les démarrages et accélérations sont excellents: le zéro/cent est couvert en seulement 8,7 secondes mais la vitesse de pointe a volontairement été limitée à 150 km/h. A quoi bon monter à 200 ou davantage… si les radars se fâchent dès qu’on passe le cap des 120 km/h?
Les véhicules qui fonctionnent à l’électricité ont l’avantage de pouvoir offrir un mode de conduite inconnu sur les véhicules thermiques: le frein moteur. En positionnant le levier de vitesse un cran vers l’arrière, la voiture ralentira progressivement sa course… et en profitera pour renvoyer un peu d’énergie dans les batteries. Ce n’est donc que très rarement que l’on aura à frôler la pédale de frein pour les ralentissements mais aussi, bien sûr, pour l’arrêt complet.

DES BATTERIES SOUS LE PLANCHER FAVORISENT UNE BONNE TENUE. Des batteries pour véhicules électriques pèsent lourd et portent le poids total de notre DS 3 e-Tense à près de 1.500 kilos. Elle a donc bien besoin de ses 136 chevaux pour permettre les performances annoncées plus haut. Mais ces batteries bien positionnées au plus bas du véhicule abaissent le centre de gravité et offrent ainsi une très bonne tenue de route; les virages peuvent être abordés en toute confiance.
La recharge des batteries peut se faire à domicile sur  une simple prise domestique mais cela demandera une bonne nuit pour reprendre du souffle. Ceux qui roulent beaucoup auront tout intérêt à faire installer une fois pour toutes une Wallbox de 11 kW dont le prix se situe aux environs de 700 euros. Ajoutés aux 36.350 euros de la e-Tense, cela ne fera pas une grosse différence… mais le chargement complet pourra se faire en seulement cinq heures!  ♣

 
What do you want to do ?

New mail

 
What do you want to do ?
New mail

John Ess

 
What do you want to do ?

New mail

 
What do you want to do ?
New mail