KÖLN ÜBER ALLES!

À quelques dizaines de kilomètres de la frontière belge se dresse Cologne, la quatrième plus grande ville d’Allemagne derrière Berlin, Hambourg et Munich. Une destination vivante et originale pour ton prochain citytrip. Je défie quiconque de trouver à moins de 200 kilomètres de Bruxelles, une destination de citytrip aussi originale que Cologne. Ce n’est sans doute pas la plus belle ville de ce côté-ci de l’Europe mais elle offre un visage particulièrement attractif que je vais essayer de te décrire dans l’article qui suit.

IL Y A DONC D’ABORD CETTE PROXIMITÉ avec notre pays qui rend son accessibilité idéale. Pas besoin de prendre l’avion, ni même le train, on peut s’y rendre très facilement en voiture. Ce qui par ces temps incertains liés au Covid est un sacré avantage puisqu’on ne doit donc pas réserver un quelconque ticket de transport à l’avance. En évoquant le Covid, il est également à signaler que les habitants de la ville sont très détendus. Le port du masque est relativement respecté mais pour le reste, il n’y a pas de mesures exceptionnelles. Les bars et restaurants sont bondés et la vie nocturne est trépidante.

VOILÀ BIEN UN SECOND ARGUMENT À FAIRE VALOIR: il y a là-bas une concentration affolante de restaurants et de bars. Si tu y vas le weekend, pense à réserver car tout est pris d’assaut lorsque la nuit tombe. J’ai essayé le restaurant japonais Kaizen, un petit établissement bien tenu qui sert des plats raffinés et très originaux. Plus classique mais non moins délicieux, le Ash est un steak house branché tout à fait recommandable. Après, tu verras que l’offre est très abondante et très abordable, notamment dans le quartier ‘des Belges’: cela ne s’invente pas, le quartier le plus vivant la nuit part de la Brüsseleir platz et se répand tout autour sur les Lütticher ou Genter strassen. La bière blonde locale, la fameuse Kölsch, y coule à flot!

AUTRE ARGUMENT DE POIDS: LE SHOPPING! Le quartier de la vieille ville jusqu’au Neumarkt regorge de magasins. J’ai rarement vu une telle concentration d’enseignes sur une telle distance. Évidemment, toutes les grandes marques internationales sont présentes mais s’y trouvent aussi des magasins et artisans du cru, ce qui rend la promenade du samedi tellement plus captivante et surprenante. Le dimanche, il sera toujours temps de faire du tourisme culturel: entre le musée Ludwig consacré à l’art moderne, la fameuse cathédrale (Kölner Dom) qui domine la ville et le vieux pont Hohenzollern ou le musée du chocolat, les centres d’intérêts ne manquent pas. Mais il faut aussi s’aventurer, idéalement à vélo, dans d’autres quartiers moins touristiques car l’audace architecturale locale n’a pas de limite, pour le meilleur et pour le pire. Si tu restes plus longtemps sur place, il est aussi possible de passer une journée à Phantasialand, distant d’une grosse vingtaine de kilomètres de la ville. Ce parc d’attractions visitable en une seule journée propose quelques fameuses montagnes russes dans des décors très originaux.

APRÈS DES MOMENTS DE DÉTENTE ET DE VISITES, l’essentiel est d’avoir un point de chute de qualité et là, j’ai LE conseil qui fait mouche. J’ai dégoté un hôtel juste parfait à quelques centaines de mètres de la vieille ville. Le 25 Hours Hotel the Circle a tous les atouts dans son jeu, et pourtant je suis très critique en général. Bien situé donc, il dispose d’un grand parking souterrain, de chambres superbement décorées dans un style « écolo-vintage », d’un personnel extrêmement bienveillant et d’un restaurant rooftop prisé. Le tout à des prix abordables. Il y a même un magasin de disques au rez-de-chaussée, un service de location de vélo (10€ par jour) ou de Mini et un sauna. Le tout est disposé dans un grand immeuble de huit étages construit en 1950 et qui abrita une assurance. Les architectes ont réussi à garder des éléments d’époque, notamment le grand desk d’accueil dans le magnifique hall en rotonde, tout en les mariant avec une déco moderne. C’est une réussite totale qui participe évidemment grandement à la réussite du séjour. A dire vrai, je n’ai qu’une hâte: y retourner!  ♣

Douch