LA ’MINI COOPER SE’ EST ÉLECTRIQUE ET UNIQUE

Si cette nouvelle Mini est unique, ce n’est pas parce qu’elle est électrique. Pas non plus parce qu’elle offre des performances exceptionnelles.
Et si son look préservé du créateur Alec Issigonis plaît toujours autant, ce n’est toujours pas ça qui la rend unique.
Tous ces points contribuent certainement à son identité mais, lorsqu’on connaît la Mini, c’est son âme qui la rend attirante et envoûtante.
Elle est probablement la seule petite qui puisse rivaliser en classe et en prestige avec les grosses berlines ou coupés.

THERMIQUE OU ÉLECTRIQUE? La Mini Cooper S thermique est toujours bien d’actualité et conserve son look typique. Vue de l’extérieur, la nouvelle électrique est en tous points identique et ce ne sont que les petits logos, les jantes spécifiques à quatre ’branches’ et la calandre obturée qui marquent la différence.
Malgré sa structure plutôt basse, la Mini offre toujours, grâce à ses larges portes, une excellente accessibilité aux places avant.
À l’arrière, deux personnes peuvent prendre place… mais on leur demandera un minimum de souplesse pour s’introduire à bord et, une fois installés, ils disposeront d’un espace quelque peu limité.

C’EST ICI QUE ÇA COMMENCE. Dans le cockpit, le conducteur qui passe de la thermique à l’électrique appréciera immédiatement la différence.
Si la plupart des instruments se trouvent toujours placés de manière identique -comme le démarreur que l’on peut actionner du doigt en ayant déjà le levier de vitesses en main- le cadran face au conducteur donne les indications relatives au fonctionnement électrique… pour avoir toujours un œil sur l’autonomie.
Comme la Mini Cooper SE est automatique, un petit sélecteur offre le choix entre marche avant, arrière et point mort, ce qui est sympa et confortable pour la ville et les manœuvres.
Le plus impressionnant, dès que l’on parcourt les premiers mètres, c’est le système de récupération d’énergie. Lorsqu’on lâche le pied de l’accélérateur, la voiture ralentit automatiquement, ce qui provoque une recharge de la batterie.

CONDUITE À UNE PÉDALE. Dans une automatique, il n’y a au départ que deux pédales, puisque l’embrayage a disparu. Si dans la Cooper SE, il y a toujours quand même une pédale de frein, celle-ci ne sera utilisée que pour un éventuel freinage violent ou pour l’immobilisation finale du véhicule.
On peut donc parcourir des centaines de kilomètres avec l’usage de la seule pédale d’accélérateur! Indépendamment de l’économie d’énergie, ce système est agréable et reposant pour la conduite calme… ou sportive.

UNE AUTONOMIE LIMITÉE. Les grands voyageurs seront peut-être réticents à utiliser leur Mini électrique pour sillonner les pays de part en part. Ils seraient dans ce cas obligés de refaire le plein d’énergie tous les deux cents kilomètres. Quand on sait que, sur une borne rapide on refait le ’’presque plein’’ (80%) en 35 minutes, mais qu’il faut 1h25 pour un plein total.
Alors, quand on a envisagé un voyage de mille kilomètres… Mais cette question est identique pour quasi toutes les électriques classiques, même si certaines affichent une autonomie de 300 kilomètres et plus.
On ne part cependant pas en voyage tous les jours et, quand on sait que la moyenne quotidienne parcourue par les européens est de 45 kilomètres, on se sent alors tout à fait à l’aise. Parce que, même sur une prise domestique simple, on peut recharger la batterie de la Mini Cooper SE en une bonne nuit. Et c’est tout simple: une fiche dans l’auto et une autre dans le mur… et le matin on part avec un plein!
Ceux qui dorment vraiment très peu peuvent, pour quelques centaines d’euros, installer dans leur garage une ’wallbox’ qui rechargera la batterie en seulement 3h30.

DIGNE DE PORTER L’IDENTITÉ MINI. Sa légendaire conduite ’kart’ reste tout à fait d’actualité pour la Cooper SE! Avec ses batteries à bord, elle a pris un peu de poids, mais sa puissance efface ce ’problème’.
Son centre de gravité a été abaissé et donne une excellente répartition des masses pour une traction. Avec son volant dans les poings, on ressent immédiatement les ’messages’ de la route et ce n’est que sur des gros pavés ou des routes en très mauvais état que le comportement risque de devenir un peu désagréable.
Sur routes normales et même moyennes, le comportement reste toujours confortable. Les excellents sièges-baquets y contribuent certainement.

CHAUD, ACCROCHEZ-VOUS! Le constructeur annonce un zéro/cent en seulement 7,9 secondes. C’est mieux que les chiffres annoncés pour des petites sportives.
Mais ce qui est plus spectaculaire, ce sont les premières dizaines/centaines de mètres du démarrage; pour arriver à 60 km/h (c’est déjà plus que la vitesse maximum en ville) il ne faut que 3,9 secondes à la Mini SE.
Alors un démarrage au feu rouge, ça impressionne… et tout ça, sans le moindre bruit!
Comme nous le savons tous, la vitesse dans nos contrées est limitée à 120 km sur autoroutes. Pourquoi alors des voitures qui montent à 200, 250 ou davantage? On se posera encore la question durant de nombreuses années.
La Mini Cooper SE offre donc des performances exceptionnelles, mais a volontairement limité sa vitesse de pointe à 150 km/h. Elle fait peur à toutes ses concurrentes jusqu’à 149 km/h et, pour la suite, elle cède la place.  ♣

 
What do you want to do ?
New mail

John Ess