BRUXELLES, VILLE TROTTINETTE


@ Nicolas

La Ministre de la Mobilité et de la Sécurité routière, Elke Van Den Brandt vient de nous confirmer une grande nouvelle pour Bruxelles: la vitesse y est limitée à 30 km/h dès ce 1er janvier 2021. Pour la pollution? Non: pour la sécurité. Comme les véhicules polluants ne peuvent déjà plus entrer dans la capitale, ce n’est pas de cela dont il s’agit. La Ministre stipule bien que c’est de la sécurité dont il est question dans son dernier communiqué: “pour une ville apaisée et plus sûre, le 30 km/h devient la norme à Bruxelles…”.

BRUXELLES, VILLE DIABOLIQUEMENT DANGEREUSE? C’est vrai qu’il y en moyenne 15 accidents de la route par jour à Bruxelles. On aimerait tous faire diminuer ce chiffre par tous les moyens possibles. Mais il faut savoir qu’il y a à Bruxelles 365.000 véhicules qui y circulent chaque jour: 190.000 navetteurs qui pénètrent dans la ville et 175.000 véhicules bruxellois. Ce qui donne un (un seul!) accident pour 25.000 véhicules. C’est presque un record. Il n’y a pas moyen de faire beaucoup mieux. On se pose donc la question de savoir s’il n’y aurait pas d’autres priorités au Ministère concerné?

LE DÉCRIPTAGE DES ACCIDENTS. Nous avons tenté de savoir qui provoquait ces accidents et qui en étaient les victimes. Impossible d’obtenir une réponse précise. La voiture est-elle la seule responsable? Pour se faire une idée, il serait intéressant de connaître le nombre d’accidents voiture/voiture, voiture/tram, voiture/moto, voiture/piéton, voiture/vélo… ou voiture/trottinette.
Parce que, si certains conducteurs de voitures peuvent être imprudents, qui n’a jamais vu des cyclistes se faufilant comme des sauvages entre les voitures, ou des piétons rivés sur leur smartphone qui traversent sans regarder? Aujourd’hui, il faut aussi tenir compte des trottinettes qui naviguent dans un flou législatif ahurissant. Ce ne sont pas toujours les automobilistes qui sont les méchants! Et c’est toujours contre eux que l’on prend des mesures abracadabrantes!

LES ‘TROTTINETTISTES’ FONT CE QU’ILS VEULENT OÙ ILS VEULENT. Pour limiter le nombre d’accidents, n’aurait-il pas mieux valu s’intéresser à des dispositions à propos des trottinettes électriques. Ces petits engins ont révolutionné le mode de circulation et sont bien utiles pour les déplacements de proximité. Ils peuvent ‘normalement’ rouler jusqu’à 6 km/h maximum sur les trottoirs… mais y circulent rarement à moins de 15 km/h, sans la moindre possibilité pour la police de contrôler ni de verbaliser (pas de radar de trottoir!). Au-delà des 6 km/h et jusqu’à 18 km/h, les trottinettes doivent rouler sur les pistes cyclables ou sur le côté droit de la route. Pourtant on les voit régulièrement tout autant au milieu ou à gauche de la route; ils suivent le chemin le plus facile pour eux et n’aiment pas s’arrêter même à un feu rouge. Pas de plaque d’immatriculation, pas de contravention!

UNE CERTAINE INDULGENCE DES POLITIQUES ET DES AUTORITÉS doit être constatée: comme les trottinettistes sont des usagers vulnérables et que, selon les dires officiels “ce nouveau moyen de locomotion qui est une véritable solution pour la décongestion des villes…“, on leur laisse une grande marge de manœuvre et très peu de ces champions de gymkhanas se font tirer les oreilles par les policiers lors de queues de poisson ou dépassement de vitesse. On leur laisse tellement la bride sur le cou qu’ils n’ont même pas l’obligation de porter un casque… alors que les chutes à trottinette sont particulièrement lourdes de conséquences!

ALORS, POURQUOI CE 30 KM/H? Pour limiter le nombre de véhicules dans la capitale, les autorités compétentes songent sérieusement à instaurer prochainement un péage urbain et pour ce qui concerne la pollution, on a mis dernièrement en place la LEZ (low Emission Zone). Ce nouveau “30” concerne donc bien exclusivement la sécurité. Mais quelle sécurité? Souhaiterait-on réduire le nombre d’accidents? Oui, le rapport d’un sur 25.000 pourrait passer à un sur 30 ou 35.000… pourquoi pas? Mais on est en droit de se demander sur quelle base le parti “Groen” s’est basé pour nous imposer cette limitation qui ne devrait pas trop plaire aux commerçants de la ville. Wait and see… on pourra faire le bilan fin de l’année prochaine.