LA NOUVELLE SEAT LEÓN PREND DU GALON

@ John Ess

Avec sa quatrième génération, la León devient une toute autre voiture. Au niveau des dimensions déjà, elle est légèrement plus longue que la Renault Mégane et nettement plus grande que la Volkswagen Golf… pour de qui concerne la berline. Et la version break que nous avons testée pour Campus est encore plus longue -4,64 mètres- et offre une place royale aussi pour les passagers arrière.
UNE ‘MILD HYBRID’, ÇA AIDE!  En découvrant son nom complet de 1.5 eTSI MHEV 150, on comprend qu’il s’agit d’une hybridation légère. Le MHEV désigne en effet les véhicules avec un moteur à combustion interne équipé d’un bloc électrique qui permet d’éteindre le moteur automatiquement chaque fois que la voiture freine ou s’arrête… mais redémarre dès que nécessaire. Rien à voir donc avec les hybrides musclées ou les hybrides rechargeables.
L’hybridation de cette León comprend simplement une petite batterie Li-ion de 48V avec alterno-démarreur qui permet un fonctionnement bien silencieux.
Cette hybridation douce a certes une bonne influence sur la consommation, mais il n’y a pas que ça: à faible vitesse stabilisée, cette nouvelle León peut aussi passer en mode deux cylindres… automatiquement, bien sûr. Un message apparaît alors sur la dalle numérique du tableau de bord pour informer le conducteur que son moteur n’utilise que deux des quatre cylindres du véhicule. Encore un bon point pour limiter la consommation.
RIEN NE MANQUE AU TABLEAU DE BORD. Il y a tellement de fonctions disponibles qu’une certaine habitude est nécessaire pour s’y retrouver. Mais après peu de temps, les nouveaux propriétaires de la León n’auront plus de problème avec les divers boutons ni, surtout, les fonctions digitales sur la grande planche de bord.  Toutes les aides à la conduite ainsi que les équipements de sécurité répondent présent. Dans le désordre, on peut citer, en plus des jantes 17 ou alliage 18 pouces, le freinage automatique d’urgence, les phares LED, l’aide au maintien dans la voie, le radar de recul avec camera, la connectivité Android ou Apple CarPlay…
FORT BIEN TOUT ÇA, MAIS… Si certains automobilistes sont fous du digital, il me semble que quelques fonctions de base seraient plus intuitivement accessibles via des commandes classiques. Il faut parfois quitter la routes des yeux pour accéder à certaines fonctions comme, par exemple, la ventilation pour laquelle il faut caresser la commande sensitive sous l’écran pour arriver à la température voulue. Question d’habitude, probablement.
LE COFFRE: IL EST IMMENSE. On a du mal à s’imaginer que, dans une caisse aussi élancée et élégante, il puisse y avoir un coffre aussi accueillant. Nous parlons ici, bien sur de la version break. Le volume de 620 litres -ce qui n’est déjà pas mal- peut passer à 1.600 litres avec les dossiers arrière baissés. De quoi transporter beaucoup de choses ou, pourquoi pas, effectuer un mini-déménagement! Pas mal non plus: un bel espace sous le plancher qui permet d’y ranger discrètement divers objets.
ON SE SENT BIEN SUR LA ROUTE. La Seat León n’est pas la plus grande sportive… mais elle se rapproche du titre. Tout d’abord au niveau des prestations moteur: il ne lui faut que 8,4 secondes pour se taper le zéro/cent et elle monte jusqu’à 220 km/h en pointe. Mais, comme notre Code de la route ne nous permet pas de nous ‘amuser’ sur route (en dehors des circuits), ces performances ne sont pas prioritaires. Le compromis entre comportement et confort sera certainement le point fort de cette nouvelle León. Même sur petites routes sinueuses, les passagers ne seront pas trop secoués et apprécieront la qualité des suspensions. Le châssis doté d’un essieu torsionnel à l’arrière fait un excellent travail.
C’est la boîte automatique DSG à sept rapports qui équipait notre voiture d’essai. Non seulement, le système fait passer les rapports tout en souplesse, mais le maniement pour les manœuvres est très agréable: plutôt que de manipuler un ‘levier’ de vitesses, c’est un petit joystick situé dans la console centrale, que l’on peut manipuler du bout des doigts.
Si la nouvelle León devait avoir un défaut, ce ne serait certainement pas la gourmandise! Non: en ville elle peut consommer un petit sept litres aux 100 km mais sur route cela passera à seulement six litres… et peut-être encore un peu moins avec le pied droit léger.