SOUS LA LOUPE: AVEC L'ID.4, ON ENTRE DANS UN NOUVEAU MONDE

@ John Ess

Dès le premier contact, Volkswagen nous bluffe avec son tout nouveau SUV électrique ID.4. Il y a le design, il y a le confort, il y a les espaces à bord et, bien sûr, il y a le bon fonctionnement électrique. Mais il y a davantage: avec la clé en poche, toutes les opérations se font de manière passive. Inutile de manipuler des boutons ou autres leviers. Le système ‘Passive Entry/Go’ s’occupe de tout. Sans clic sur porte-clés, on entre dans le véhicule, on s’installe à bord et la radio se met en route (si souhaité). Juste le choix avant ou arrière et l’on démarre. Je sais, cela ne fait gagner qu’une ou deux secondes par-ci, par là… mais quel confort et liberté d’esprit!

DÉJÀ TOUTE UNE HISTOIRE. L’ID.4 est déjà le second ‘ID’ de Volkswagen. Il y a peu de temps nous avons pu découvrir l’ID.3, une jolie berline de 4,26 mètres de long. Sa grande sœur ID.4 fait carrément 32 centimètres de plus pour arriver à 4,58 mètres mais, surtout, quitte le gabarit berline pour se muer en SUV avec excellent coefficient de résistance à l’air de 0,28. Alors que l’on commence à s’habituer à voir le museau et les courbes de l’ID.3, on peut identifier immédiatement l’ID.4. De face, si la ‘calandre’ a bien pris une forme légèrement différentes, ce seront surtout les deux bouches qui attireront le regard. De profil, seuls les observateurs minutieux pourront faire le distinguo. Ce qui n’est pas visible mais qui fait aussi partie de l’histoire ID, c’est l’emplacement des batteries sous le plancher prévu dès la conception du véhicule. Il ne s’agit pas de modèles thermiques dans lesquelles on aurait remplacé le moteur par un système électrique.

L’HISTOIRE NE S’ARRÊTE PAS EN SI BON CHEMIN. L’ID.4 d’aujourd’hui est proposé en mode propulsion… mais la version quatre roues motrices est en route et peut déjà être commandée sous l’appellation GTX. Oui, cette ID.4 dispose d’un emplacement libre pour un moteur supplémentaire sur l’essieu avant pour permettre cette fameuse transmission intégrale.
Et, pour la fin de l’année, on attend aussi un coupé ID.5. Ce qui permet donc supposer que le constructeur poursuivra sur sa lancée avec des ID.6, ID.7 et plus si affinités!

LA VIE À BORD: CONFORT ET ESPACE. Tous les matériaux sont de parfaite qualité et les sièges bien rembourrés pour permettre des voyages reposants. Mais cette ID.4 offre aussi plus d’espace pour les passagers. A l’avant, c’est royal et les deux ou trois passagers arrière ne se sentiront pas à l’étroit: ils disposent de cinq centimètres de plus que dans l’ID.3… et aussi de plus d’espace pour les jambes. Ce nouveau grand SUV offre aussi un volume supérieur pour les bagages. Le coffre ‘normal’ fait 543 litres et, avec les dossiers des sièges arrière rabattus, on arrive à 1.575 litres. En matière de véhicules électriques, les câbles de recharge se montrent souvent encombrants. Notre ID.4, elle, a tout prévu pour nous faciliter la vie: un sous-plancher dans le coffre permet de les ranger très facilement pour conserver le vrai coffre totalement libre.

SILENCE TOTAL DE FONCTIONNEMENT. Comment pourrait-il en être autrement puisque nous sommes ici à bord d’une voiture électrique. Dans cette ID.4, tout est doux. A l’oreille, bien sûr, mais l’absence de bruits du moteur est renforcée par une excellente insonorisation.
On peut apprécier aussi tout ce qui touche au comportement routier: grâce à ses masses bien répartie, le poids important de l’ID.4 (1,5 tonne) ne se fait sentir.

PLUSIEURS MODES DE CONDUITE. En plus du mode ”D”, en donnant une impulsion supplémentaire à la molette de boîte, on obtient le mode ”B” (Brake) qui permet une conduite très intuitive dans besoin de jouer du pied droit pour passer tout au long des trajets de la pédale d’accélérateur à celle du frein. Il suffit de diminuer la pression sur la pédale de droite ou de la lâcher carrément pour que la voiture ralentisse sensiblement. Effleurer à nouveau l’accélérateur permet bien sûr de reprendre de la vitesse tout en douceur. Ce n’est pas tout. Malgré ce système bien agréable, le conducteur a en plus le choix parmi quatre modes de conduite: Eco, Comfort, Sport et Individual. C’est le mode Sport qui nous a paru le plus intéressant. Non pas pour conduire plus sportivement, mais pour bénéficier des réglages spécifiques des amortisseurs et de la direction.

LES PERFORMANCES SONT INTÉRESSANTES. Les rodéos urbains sont de plus en plus rares (heureusement) mais il est cependant agréable de savoir que l’on a quelque chose sous le pied droit quand on s’engage sur la route. L’ID.4 n’est pas une sportive à proprement parler mais elle ne traine pas et dispose de tous les arguments pour être performante dans le trafic. Elle se tape le zéro/cent en 8,5 secondes et grimpe rapidement jusqu’à sa vitesse de pointe de 160 km/h… ce qui est une réserve plus que suffisante en fonction des Codes de la route de nos régions.
La question que chacun se pose à propos des véhicules électriques: quid de l’autonomie? L’ID.4 se situe dans la bonne moyenne. Le constructeur annonce une moyenne de ± 500 km, ce qui serait bien -même très bien mais la réalité est un peu moins optimiste. En conduite normale, il y a lieu de tabler plutôt sur une autonomie de 370 à 400 kilomètres. Pour l’utilisation quotidienne, c’est plus que suffisant… même si l’on ne dispose que d’une simple prise domestique dans son garage. Pour les longs voyages, les recharges sur les bornes rapides des autoroutes demande ± 35 minutes pour ‘faire le plein’ à 80%. Deux ou trois petits arrêts sur la route des vacances, cela ne peut faire que du bien!  🔶

enveloppe-newsletter
Pour avoir toujours une longueur d’avance, demandez la Newsletter de Campus avec toutes les pépites de l’actualité, dans tous les domaines trendy. Abonnez-vous!

L’inscription à notre Newsletter est gratuite et ne vous engage à rien. Campus.be n’est pas un site commercial et aucun produit ne vous sera proposé à la vente. Vous pourrez vous désabonner à tout moment.