SOUS LA LOUPE: LA TRÈS SOBRE HYUNDAI IONIQ EV

@ John Ess

Quand on voit son nom, on sait à qui on a affaire: EV, c’est bien un véhicule électrique. Hyundai commercialise une bonne dizaine de modèles en tous genres dont la Ioniq, disponible en hybride, hybride rechargeable et 100% électrique. C’est cette dernière que nous avons mis sous la loupe, en attendant l’arrivée de la grande Ioniq 5.

NOUVELLE VOITURE, NOUVELLE BATTERIE. La première question que l’on se pose lorsqu’on abandonne la voiture thermique concerne l’autonomie et le temps de recharge… donc la batterie. Après trois années de bons et loyaux services, la Ioniq vient de faire peau neuve et en a profité pour augmenter la capacité de stockage de la batterie de son nouveau modèle de plus de 30%. Si on annonce 311 kilomètres d’autonomie, la vérité est très proche de la réalité. En conduite raisonnable et dans des conditions normales, le cap des 300 kilomètres peut être atteint… ce qui n’est pas de cas de nombreuses autres véhicules électriques pour lesquels on annonce des chiffres qui peuvent être divisés par deux pour se rapprocher de la réalité.
Comme on le sait, la voiture électrique consomme nettement moins en ville ou sur petites routes sinueuses où elle peut, à chaque freinage ou ralentissement, récupérer de l’énergie. Alors que, sur autoroute, elle ne fait qu’en consommer. Pour ceux qui aiment les chiffres, sur autoroute l’Ioniq EV consommera ± 15 kWh/100 km alors qu’en ville, 10 kWh suffiront.

TOUJOURS UN PLAISIR SUR LA ROUTE. Grâce à ses palettes au volant, il est possible de forcer le freinage régénérateur. Plus besoin d’utiliser la pédale de frein: l’accélérateur et les palettes suffisent. Et ça marche très bien: à l’approche d’un virage, un petit coup sur la palette de gauche, puis un peu plus loin, encore un petit coup et ce ne sera que si le virage est très serré que l’on descendra encore d’un cran. La pédale de frein ne sera utilisée que pour immobiliser totalement la voiture.
Avec ses 136 chevaux (16 de plus que la version précédente), l’Ioniq EV se comporte très bien sur la route. Elle ne traîne pas, même si sa vitesse de pointe est de 165 km/h. Ce sont ses accélérations qui sont intéressantes et, même si elle ne peut rivaliser avec les grandes sportives, elle se tape le zéro/cent en moins de dix secondes.
L’agrément sur la route provient également de son superbe silence: non seulement pas de bruit de moteur mais on peut aussi féliciter Hyundai pour la bonne insonorisation de son nouveau modèle.
On rencontre encore des routes en pas trop bon état dans nos contrées mais cela n’effraye pas l’Ioniq: ses suspensions absorbent bien toutes les irrégularités du sol. Et puis, ce n’est pas parce qu’on peut ralentir avec les palettes au volant qu’il n’y a pas de freins: en cas d’obstacle soudain, lorsqu’il y a lieu de ralentir ‘à fond’, les quatre disques avec ABS font un excellent travail.

HYUNDAI, CHAMPION DE LA CONNECTIVITÉ. Il existe tellement de possibilités de connections diverses à bord, qu’une certaine habitude sera nécessaire pour en profiter pleinement. Le nouveau système d’infodivertissement possède un bel écran de 10,25 pouces.Le potentiel est énorme et nous pouvons citer ici quelques-unes de ses prouesses: bien sûr, on y trouve toutes les infos routières et météo, mais aussi -en temps réel- des places de stationnement disponibles. Très utile aussi, l’indication des stations-services ou des bornes de recharge sur le trajet. Simplement en parlant, grâce à le reconnaissance vocale, on peut rechercher et trouver un restaurant (ça, ce sera pour après le Covid!).
C’est tout? Non, si on ne veut pas ‘chipoter’ dans sa voiture avant le départ, il est possible via son smartphone d’encoder une adresse qui sera disponible sur le navigateur dès l’arrivée à bord! Et cette même application pourra aussi servir à chauffer ou à refroidir l’habitacle pour qu’il soit à la température voulue quand on y pénètre.
Cela vous est-il déjà arrivé de “perdre” votre voiture sur un grand parking de super-marché ou autour d’un match de foot… ou encore d’oublier le niveau dans un grand parking à étage?
Avec les ouvre-portes classiques, on entend un petit bip lors de l’ouverture pour permettre de retrouver facilement son véhicule. L’Ioniq a fait un pas de plus: si le parking est vraiment très grand (ou si on a été vraiment très distrait), il est possible d’allumer carrément les phares et/ou d’actionner le klaxon. Après ça, si on ne retrouve pas sa Ioniq, c’est probablement qu’on a pris un verre de trop!  🔶

enveloppe-newsletter
Pour avoir toujours une longueur d’avance, demandez la Newsletter de Campus avec toutes les pépites de l’actualité, dans tous les domaines trendy. Abonnez-vous!

L’inscription à notre Newsletter est gratuite et ne vous engage à rien. Campus.be n’est pas un site commercial et aucun produit ne vous sera proposé à la vente. Vous pourrez vous désabonner à tout moment.